Il est tombé au front. 7 ans soit plus d’un quinquennat s’est écroulé depuis la disparition tragique du colonel de FARDC, Mustapha Mamadou Ndala. Ce dernier a trouvé la mort dans une embuscade à Ngadi dans la province du Nord-Kivu.

Alors qu’il s’est dirigé vers la région d’Erengeti dans la matinée du 2 janvier 2014, le convoi militaire qui accompagnait Mamadou Ndala était attaqué par les forces négatives dans la localité de Ngadi (environ 10 km de Beni). La jeep qui transportait Mamadou Ndala et ses 3 gardes du corps était fusée par une roquette de RPG-7. La roquette avait touché au passage l’avant de cette jeep causant ainsi la mort de tous ces soldats.

La nouvelle étant répandue très vite, Kinshasa sans attendre attribué la mort de ce très populaire colonel âgé de 38 ans seulement aux rebelles ougandais d’ADF-Nalu.

Une version des faits totalement contraire aux déclarations faites par un des gardes du corps du colonel Mamadou Ndala rescapé de l’embuscade qui avait décrit ses assaillants comme portant des uniformes de l’armée congolaise et parlant le “kinyarwanda et lingala”.

Il sied de noter que c’est sous le commandement de Mamadou Ndala que l’armée congolaise en collaboration avec les casques bleus avait réussi à vaincre les rebelles M23.

Mechack Wabeno

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *