Âme de Kinshasa
Interkinois

8 août 2008 : ce jour-là, Bibey Mutombo tirait sa révérence à Kinshasa

Une décennie s’est écoulée depuis la disparition du technicien congolais, Bibey Mutombo Tshimanga dans la capitale congolaise, Kinshasa. Il avait quitté la terre des hommes le vendredi 08 août 2008, dans une polyclinique de Righini dans la commune Lemba de suite d’une longue maladie, qui l’a poussé à mettre un terme à sa carrière d’entraîneur.

Après un passage à Luxembourg où il a entrainé le FC Rodagne et le Sporting Mertzig, le premier entraîneur d’origine congolaise détenteur d’un diplôme A de l’Union Européenne de Football Association (UEFA), Bibey Mutombo était retourné au pays de ses ancêtres pour occuper le poste d’entraîneur adjoint chez les Léopards espoirs, Simba à l’époque pour les éliminatoires des Jeux Olympiques (JO) d’Athènes 2004. En cette même année, il a pris les commandes du staff technique des Moscovites de l’AS Vclub que dirigeait le feu Pierrot Mumbulu.

La rédaction de Sport 243.com est allée à la rencontre du directeur de la rubrique sport de l’Agence Congolaise de Presse (ACP), Seki Ntetani Bemba, qui nous a livré son témoignage sur Bibey Mutombo.

« Bibey Mutombo avait été découvert quand il était encore entraîneur des espoirs pour les éliminatoires des Jeux Olympiques (JO) d’Athènes. Nous sommes là en début 2003. Comme il habitait le Grand-Duché de Luxembourg, il avait posé beaucoup de conditions quand on l’avait abordé, notamment celle d’aller là-bas pour finaliser le contrat. Bibey Mutombo avait posé cette condition au président Pierrot Mumbulu qui était à la tête de l’AS Vclub cette année. C’est en fin décembre qu’il a effectué le voyage comme demandé par Bibey. Et ils ont signé un contrat selon lequel il devait venir dans Vclub, mais il était déjà entraîneur de l’équipe des espoirs », a-t-il rapporté le directeur du desk sport de l’Agence Congolaise de Presse (ACP), Siki Tetani en révélant que lorsqu’il a posé ses valises dans l’AS Vclub ce technicien congolais avait réussi à imprimer sa marque en imposant une philosophie tactique aux « Bana mbongo ».

« Il est arrivé dans Vclub, il a imposé sa philosophie avec l’équipe qui devait jouer suivant cette philosophie tactique : la manière de positionner les joueurs et la manière de jouer. On ne devait jouer que par rapport à ce que lui avait conçu. Et il avait tout un plan qu’il avait mis dans son projet qui devait s’étendre sur 4 ans. Et la conquête de l’Afrique devrait intervenir la 4ème année. Mais dans l’entre-temps, il assoit un canevas tactique que l’équipe devait jouer. Et l’équipe plaisait quand il est arrivé, sauf qu’il y avait une telle crise dans Vclub provoquée par le président de la section foot, Youssouf Ramazani », a-t-il raconté.

Malgré une fin de saison calamiteuse, l’équipe de Bibey développait un football champagne

Malgré une saison calamiteuse marquée par une longue crise dans Vclub, Bibey Mutombo avait tout de même réussi à mettre en place une équipe qui développait un beau football. La team vert et noir avait au cours de cette année fini à la dernière position du classement de la Ligue Nationale de Football (LINAFOOT) avec 2 points.

« Il était diplômé UEFA A au même titre que les entraîneurs européens qui travaillent en Afrique. On voyait d’ailleurs par sa manière de travailler, la vigueur ; tout était planifié. A la fin de la saison, suite à la crise bien que Vclub était au tour final de quatre équipes, ils ont fini en dernière position, mais son équipe était plébiscitée meilleure équipe sur le plan technique et lui l’entraîneur avait reçu le trophée de meilleur entraîneur. Ce qui n’a pas empêché que l’année suivante, 2004 donc, l’équipe, suite à un contrat signé par Pierrot Mumbulu et Moïse Katumbi, accède au tournoi Vodacom qu’organisaient les deux géants du football Sud-africain : Orlando Pirates et Kaiser Chief. Et là-bas, l’équipe a réussi à remporter le trophée et à empocher l’équivalent de 400.000 USD. C’est ce qui avait permis à Pierrot Mumbulu d’offrir à l’AS Vclub le siège de Kingabwa 16ème rue et tout ça avec le concours sur terrain de Bibey Mutombo », a-t-il laissé entendre. La crise entre Pierrot Mumbulu et Youssouf Ramazani avait poussé Bibey à tourner la page Vclub. Se trouvant dans un conflit sans fin au grand désarroi du club qui ne cessait de sombrer, Bibey Mutombo avait quitté Vclub pour s’engager avec la formation Sud-africaine de Black Léopard. Les résultats enregistrés avec ce club de la seconde zone du championnat Sud-africain ont suscité l’intérêt d’Orlando Pirates, qui s’était offert à ses services.

« La crise a tellement secoué le fondement de l’AS Vclub que Pierrot Mumbulu était obligé de partir. Quelqu’un d’autre est venu le remplacer, mais Bibey était toujours là. Suite à cette crise, beaucoup de joueurs avaient quitté l’équipe. Et Bibey a dit et a promis qu’il allait monter une équipe aussi technique que celle composée par les partants. Effectivement, il a trouvé une équipe toujours séduisante mais la crise l’avait aussi touché et il était obligé de migrer. Il est allé en Afrique du Sud où il avait été sollicité par l’équipe de Black Léopard », a-t-il relaté en indiquant que les résultats qu’il avait enregistrés ont poussé Orlando à l’engager.

« Le travail était si bien fait que les gens voyaient une équipe de seconde zone dont l’entraîneur, dans la qualité de ce qu’il a fait, de ce qu’il a produit a amené un grand club comme Orlando à s’attacher aux services de Bibey Mutombo Kalambayi. Si bien que quand il est arrivé avec le travail qu’il faisait et tout ce qu’il avait produit lorsqu’on avait nommé Henri Depireux, on l’a pris comme adjoint parce qu’on ne voulait pas perdre Bibey. Il est resté là jusqu’au moment où est arrivé le général-major Amis Gabriel, qui a fait appel à lui », a-t-il ajouté.

Bibey Mutombo meurt en vedette

L’arrivée du général-major Amisi Kumba dit « Tango Four » à la tête du comité sportif de Vclub, Bibey Mutombo avait été rappelé pour reprendre les commandes du staff technique en 2007. Affaibli par la maladie, ce technicien congolais n’a pas fait long feu à son retour sur le banc des tupamaros. Malgré sa maladie, Bibey Mutombo était adulé par les férus du football congolais grâce à son travail. « Il est rentré en 2007, mais ce n’était plus le même Bibey parce qu’il était malade. Il a fait le travail, ça n’a plus tenu longtemps, mais on voyait quand même sa main dans la production de Vclub », a-t-il poursuivi. Il a renchéri : « Je me rappelle encore ces funérailles, l’entraîneur Guillaume Ilunga a dit devant l’assistance qu’aujourd’hui si le métier d’entraîneur est valorisé, c’est grâce à Bibey, grâce à sa rigueur, à son professionnalisme. Il ne blaguait pas avec le travail qu’il faisait, chacun devait faire son travail en respectant son rôle à lui dans l’équipe que ce soit en équipe nationale ou en club. On devait respecter ce qu’il a fait, ce qu’il a dit parce qu’il savait dispenser le cours, comme il savait communiquer et transmettre tout son savoir. Le public lui était devenu reconnaissant au point où Bibey à la fin de sa carrière était devenu plus vedette que les joueurs. Il était adulé par le public pas seulement de Vclub, mais tous ceux qui venaient pour suivre le spectacle. D’ailleurs en ce moment-là, on avait commencé à appeler le beau football « Bibeyisme » parce qu’on se rappelait tout ce qu’il a fait, tout ce qu’il a donné au football congolais ».

Bibey Mutombo occupe toujours une place dans les cœurs de tous ceux qui aiment le beau football. Ce technicien congolais a également inscrit son nom dans les annales du football congolais ; 11 ans après sa mort les amoureux du sport se souviennent encore.

Trésor Mutombo/Sport 243.com

Print Friendly, PDF & Email
Partagez l'info!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *