Dans une correspondance adressée au directeur de cabinet du Chef de l’État, Vital Kamerhe et publiée par la presse vendredi 31 juillet, le bâtonnier français,
Pierre-Olivier Sur, a fait savoir que son visa a été refusé par la représentation congolaise en France.

A une semaine de l’ouverture du procès 100 jours à la Cour d’Appel, Vital Kamerhe devrait faire sans son avocat, Pierre-Olivier Sur. Ce dernier ne pourra pas rallier Kinshasa, car l’ambassade de la Rd-Congo a refusé son visa pour cause d’absence d’un accord bilatéral entre les deux pays autorisant à Pierre-Olivier Sur de plaider sur le territoire congolais.

« La coutume internationale, qui fait que dans les États d’Afrique de l’Ouest qui partagent avec la France une langue et une culture juridique commune, tout avocat d’un pays peut plaider dans un autre pays à condition qu’il soit accompagné d’un confrère inscrit sur place », rapporte cette correspondance. Et d’ajouter : « Je lui ai demandé de s’en référer aux bâtonniers du Nord et Sud-Kivu que j’avais reçus fraternellement pendant mon bâtonnat en 2015 à Paris pour poursuivre cette coopération peu importe le droit, ici c’est de mon droit qu’il s’agit, et de chute vertigineuse -par la justice- d’un très grand pays d’Afrique, que tant d’acquis au prix de tant de combats, avaient honoré par des grands leaders au fil de la décolonisation ».

Quand on prive un homme du droit de se défendre, ce sont ses accusations, ses juges et leurs chefs qui sont dégradés et déshonorés a estimé Pierre-Olivier Sur.

Condamné à 20 ans de travaux forcés pour détournement de fonds alloués pour l’exécution des travaux du programme d’urgence de 100 jours, Vital Kamerhe avait interjeté appel par le biais de ses avocats. Et puis, l’audience d’ouverture est prévue le 07 août prochain à la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe.

Trésor Mutombo

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *