Le ministère public requiert, ce jeudi 11 juin, une peine de 20 ans de travaux forcés au directeur de Cabinet du Chef de l’État, Vital Kamerhe quant au procès de détournement de fonds alloués pour l’exécution des travaux du programme des 100 jours.

Toujours dans cette réquisition, l’organe de la loi a plaidé pour une interdiction au prévenu Vital Kamerhe de voter ou d’être éligible lors d’une élection. Par ailleurs, la République a lors de sa plaidoirie affirmé qu’il y a des actes de détournement indiscutables à la charge du président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC).

Il sied de rappeler que Vital Kamerhe et Samy Jammal placés en détention provisoire dans la maison carcérale de Makala ont vu leur demande de remise en liberté provisoire être rejetée plus d’une fois.

Trésor Mutombo

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *