Il circule actuellement sur la toile, une liste comportant des noms des personnalités très haut placées du pays qui détiennent des cartes de Visa liées au compte du trésor public via la Banque centrale du Congo.

Ces personnes qui sont soit des anciens membres du gouvernement, soit des proches de l’ancien président congolais Joseph Kabila utilisent ces cartes de crédits liées au compte du trésor public pour effectuer certaines de leurs dépenses selon une enquête de l’inspection générale des finances.

Et face à ce que l’on peut qualifié de coulage des recettes, l’inspection générale des finances IGF, dans ses attributions avait par une lettre adressée au ministre des finances demandé à Nicolas Kazadi d’instruire au gouverneur de la Banque centrale du Congo pour annuler toutes ces cartes de crédits car, cette démarche n’est pas conforme à la procédure sur les dépenses publiques et viole les textes légaux et réglementaires sur la gestion des finances publiques.

Parmi les personnes figurant dans cette la liste on y trouve notamment plusieurs anciens
ministres comme Pépin Guillaume
Manjolo (Coopération), José Sele
Yalaghuli (Finances), Marie Tumba Nzeza (Affaires étrangères) et presque tous membres du gouvernement de Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

Mais aussi plusieurs proches collaborateurs de l’ancien chef d’État Joseph Kabila dont Aubin Minaku le président honoraire de l’Assemblée nationale, ou encore du conseiller diplomatique de l’ex-président, Kikaya Bin Karubi.

Dans un communiqué daté du 08 juin 2021 signé par son inspecteur général chef de service Jules Alingete Key, l’IGF confirme bel et bien l’existence des cartes de crédits liées au compte du trésor via les comptes RME de la banque centrale du Congo mais, dément catégoriquement être l’auteur de la présente liste circulant actuellement sur les réseaux sociaux comportant les noms tous les bénéficiaires qui utilisent lesdites cartes.

Dans cette même correspondance, l’IGF promet de communiquer au moment opportun, la liste des détenteurs de toutes ces cartes mais aussi l’impact que cette pratique à eu sur le trésor public.

Signalons que, plusieurs personnes citées dans ladite liste qui circule sur la toile, ont réagi notamment dans un article publié par Jeune Afrique en affirmant que, ils ont auparavant étaient détenteurs de ces cartes de crédit suite aux fonctions qu’ils ont eu à occuper au sein de différentes institutions. Mais ces mêmes cartes ont été déjà désactivées.

Mechack Wabeno

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *