D’ici la fin de cette journée, les congolais vont ressentir les premières conséquences néfastes de la mise en place du système d’enregistrement des appareils mobiles (RAM) tant contesté.

Une source mieux informées a alerté le lundi 21 décembre, à travers un mail parvenu à notre rédaction, sur la déconnexion du premier lot des téléphones non enregistrés dans le RAM.

Ledit mail est adressé aux opérateurs des télécommunications pour les avertir de cette opération qui débute ce mardi 22 décembre.

Dans le cas où un utilisateur concerné se rendrait dans une de vos boutiques ou appellerait le centre d’appel pour se plaindre à ce sujet, il est recommandé de lui conseiller de (i) payer les droits d’enregistrement IMEI dis en rechargeant un solde suffisant pour couvrir un tel paiement et de (ii) redémarrer son appareil”, renseigne le mail.

En plus du couvre-feu qui gène déjà, les congolais s’apprêtent à récevoir encore une autre punition en cette fin d’année marquée par la crise sanitaire due à la deuxième vague du Coronavirus, celle de voir leurs portables être déconnectés.

Et on se demande, est-ce que le RAM est une urgence pour le secteur en cette période?

Que ce soit dans le milieu des experts, des parlementaires et des opérateurs économiques, plusieurs voix ce sont levées contre le RAM qualifié d’escroquerie à ciel ouvert.
Car pour mettre en place le RAM, le ministre des PT-NTIC, Augustin Kibassa a imposé le paiement d’une taxe annuelle de 1 à 7$ à charge des utilisateurs, sous peine d’être déconnecté. Alors que plusieurs pays l’utilisent gratuitement.

Floriette Nyogbia

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *