CEEAC: Félix Tshisekedi veut un environnement de paix et de sécurité en Afrique centrale

CEEAC: Félix Tshisekedi veut un environnement de paix et de sécurité en Afrique centrale

Le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et Président en exercice de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) a, dans son allocution d’ouverture de la 21ème session ordinaire de cette organisation sous-régionale tenue, lundi, à la Cité de l’UA, dans la commune de Ngaliema, plaidé pour la création d’un environnement de paix et de sécurité dans la région d’Afrique centrale.

Le Président en exercice de la CEEAC a rappelé, citant le traité de cette organisation, la disposition invitant ses pairs à être  « tous ensemble, déterminés et engagés à matérialiser la vision de l’autonomie collective de la CEEAC avec comme priorité : élever le niveau des populations de l’Afrique centrale à travers la création d’un environnement de paix et de sécurité ».

Il a, en outre, dit avoir inscrit son action dans la poursuite de la réforme de cette organisation régionale qui constitue, à ses yeux, un impératif absolu en vue de la matérialisation des objectifs définis par ledit traité révisé et  adopté en 2019.

Une session tenue dans un contexte marqué par plusieurs menaces à la paix

Le Président congolais a ensuite  rappelé à ses interlocuteurs que  cette 21ème session ordinaire se déroule dans un contexte marqué notamment plusieurs menaces à la paix et à la sécurité de la sous-région ; la flambée des prix des biens de  première nécessité et les difficultés d’importation causées par la guerre russo-ukrainienne.

Il a ajouté à cela, la persistance de l’activisme des groupes armés et terroristes dans la région subsaharienne, notamment au Tchad et la montée de la tension en la RDC et le Rwanda, formulant à ce sujet le vœu de voir cette situation être décantée et les relations entre les deux Etats se normaliser.

Ces assises, convoquées par le Président en exercice de la CEEAC, Félix-Antoine Tshisekedi, ont pour thème principal : » Éducation, santé, culture ».

De son côté, le président  de la Commission de la « CEEAC », l’ambassadeur Gilberto da Piedade Verissimo, a rendu hommage au chef de l’Etat, président en exercice de la CEEAC,  Félix Antoine Tshisekedi, pour sa disponibilité, ses conseils aisés et son appui dans la gestion quotidienne des taches à la tête de la commission de la CEEAC.

Gilberto da Piedade Verissimo a rappelé que la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC a également mobilisé la commission conformément à la directive de la 20ème session, soulignant que qu’il a mené des actions politiques et diplomatiques auprès des autorités de la RDC, de la République du Rwanda et de la République d’Angola, président en exercice de la « CIRGL ».

Satisfecit  du Représentant spécial  adjoint  des Nations Unies

Pour sa part, le représentant spécial adjoint du Secrétaire Général des Nations Unies chargé de la Protection et des Opérations de la MONUSCO, François Khassim Diagne, a, au nom du Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique central  (UNOCA), rappelé que le soutien fort et constant que les Chefs d’Etats membres de la CEEAC ainsi que leurs gouvernements respectifs accordent audit bureau est apprécié à sa juste mesure par l’ensemble du Système des Nations Unies.

Pour lui, la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 et son impact sur les sociétés et les économies, les répercutions au niveau régional africain et certaines crises dans le monde qui s’y traduisent notamment par des phénomènes de pénuries et d’inflation et la menace terroriste fragilisent  la paix et la sécurité dans la sous-région.

Et pour faire face à ce défi, nous avons besoin d’une CEEAC institutionnellement forte et opérationnellement dotée des moyens adéquats, a-t-il souligné.

Dans son discours de clôture le Président Félix Antoine Tshisekedi a salué l’esprit constructif qui a animé les travaux de Kinshasa et  remercié l’apport de tout un chacun pour la qualité du travail abattu en vue de la réussite totale de  ces assises.

Le président en exercice de la CEEAC a remercié également les partenaires bilatéraux et multilatéraux pour le respect de leurs engagements et les a exhortés à croire à l’avenir prometteur de la communauté,  soulignant que les recommandations et décisions des assises de Kinshasa démontrent  la détermination  à relever les défis de l’installation d’une paix durable et sincère.

Un communiqué final pour clôturer les travaux

Dans sa lecture du communiqué final sanctionnant la 21ème session ordinaire de la CEEAC, le ministre congolais de l’Intégration régionale, de la Francophonie et président en exercice du conseil des ministres de la CEEAC a indiqué que  la Conférence a félicité le conseil pour la qualité des documents présentés et la pertinence des recommandations, avant de relever l’importance capital de leur  mise en œuvre.

S’agissant de la transition politique en République du Tchad, la conférence se félicite du fait que  le processus de transition dans cet état membre se poursuit sereinement et salue notamment les préparatifs du dialogue national inclusif prévu pour le 20 août 2022.

La Conférence a ensuite, quant à la situation dans  l’Est de la RDC, appelé à la solidarité communautaire et instruit la Commission d’adhérer à la « Feuille de route de Luanda » relative à la cessation des hostilités par le groupe rebelle M23 et son retrait immédiat des positions actuellement occupées, conformément au communiqué final du mini-sommet de Nairobi.

Concernant la République centrafricaine, la Conférence s’engage à poursuivre son plaidoyer au conseil de sécurité des Nations Unies, pour la levée de l’embargo sur les armes injustement imposé à ce pays membre.

Au regard des enjeux climatiques, la Conférence a instruit la Commission de la CEEAC de tenir désormais compte, dans le cadre de la mobilisation des ressources des institutions financières régionales, du Fonds bleu pour le bassin du Congo.

En guise de conclusion, la Conférence a adopté la motion de remerciement par laquelle les Chefs d’Etat et des gouvernements ont témoigné leur gratitude au Président Félix Antoine Tshisekedi de la RDC et Président en exercice de la CEEAC pour le leadership et l’engagement dont il fait preuve depuis le début de son mandat, pour l’accélération de la réforme institutionnelle de cette organisation communautaire,  et  l’approfondissement de l’intégration régionale en Afrique centrale.

Au peuple congolais, ils ont exprimé  leurs sincères remerciements pour l’accueil chaleureux qui leur a été réservé.

Les Chefs d’Etat ont, enfin, remercié le gouvernement de la RDC pour l’appui politique, administratif, financier  et logistique apporté, en vue du plein succès  de la 21ème session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et des gouvernements de la CEEAC.

La 21ème session ordinaire de la CEEAC a connu la participation de Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, Président de la RDC et Président en exercice de la CEEAC ; Faustin Archange Touadera, Président de la République centrafricaine ; Mahamat Idriss Deby, Président du Conseil militaire de la transition, Président de la République du Tchad ; Carlos Vila Nova, Président de Sao Tomé et principe ; Prosper Bazombanza, Vice- Président du Burundi ; Teodoro Nguema Obiang Mangue, Vice- Président en charge de la Défense nationale et de la Sécurité de la Guinée équatoriale ; Anatole Colline Makosso, Premier ministre de la République du Congo ; Rose Christiane Ossouka Raponda, Premier ministre du Gabon ; Tete Antonio, ministre des Relations extérieures d’Angola ; Vincent Biruta, ministre des Affaires étrangères du Rwanda ; Martin Tchoungong Ayafor, ambassadeur d’Angola et l’ambassadeur Gilberto Da Piedade Verissimo, Président de la Commission de la CEEAC.

Créée en 1983 à Libreville, la CEEAC regroupe le Gabon, l’Angola, le Cameroun, le Congo, la République démocratique du Congo, la Guinée Équatoriale, le Rwanda, le Burundi, la République centrafricaine, Sao Tomé et Principe, et le Tchad.

Trois institutions composent cette organisation sous-régionale, à savoir la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement, le Conseil des ministres et la Cour de justice.

Avec l’AFP

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.