Les modalités pratiques de mise en œuvre du RAM sont désormais connues : avant que l’ARPTC puisse procéder au blocage des sims, un moratoire de 2 ans sera accordé aux utilisateurs des téléphones contrefaits et 60 jours seulement pour ceux qui n’auront pas payé la taxe de 1 ou 7$ pour le service d’enregistrement des téléphones portables.

Ces précisions ont été apportées par le ministre des PT-NTIC au cours d’une interview accordée à nos confrères de Top Congo le dimanche dernier. Pour Augustin Kibassa, le paiement de sa taxe est plus importante que la santé des Congolais. La vérité est que le focus du ministre est de se remplir rapidement les poches et la lutte contre le vol et la contrefaçon n’est qu’un prétexte. Car aussi longtemps que la solvabilité à la taxe est assurée, l’abonné continuera d’utiliser son téléphone même s’il est jugé contrefait donc nuisible à sa santé.

L’opinion a compris que le bien-être de la population était donc une couverture pour le ministre afin de s’enrichir illicitement sur le dos des Congolais.

Rappelons que le moratoire débute à partir de ce jeudi 24 septembre, date annoncée pour le lancement du RAM.

La rédaction

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *