La nuit du vendredi 18 décembre été caractérisée par le couvre-feu sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo à partir de 21h. Il s’agit d’une mesure sanitaire instaurée par les autorités du pays dans le but de ralentir la propagation de la deuxième vague du Coronavirus sur le sol congolais. A Kinshasa, la capitale, l’ambiance était toute particulière.

Dès l’annonce de ce couvre feu, plusieurs citoyens dont les activités sont en grande partie, basées vers le centre ville de Kinshasa n’ont pas tardé à montrer leur mécontentement notamment via les réseaux sociaux. Selon ces kinois la mesure portant sur le couvre-feu ne s’adapte nullement aux réalités qu’ils sont contraints de vivre tous les jours en évoquant notamment, les embouteillages monstres qui s’observent dans les grandes artères de la ville de Kinshasa vers les heures vespérales et pire encore les jours du Week-end.

Bien que pour cette première journée ledit couvre feu a été décalé de 21h à 23h, le constat sur le terrain pour ce vendredi a été amer. Dans ce sens, d’abord vers l’après-midi, toute la ville de Kinshasa était dans une très grande agitation. Tout le monde était pressé d’arriver dans leurs domiciles respectifs avant le début du couvre-feu.

Et le pire dans cette agitation, une très grande pluie s’est battue sur Kinshasa seulement à quelques heures du début de ce contrôle, rendant ainsi dans la foulée, la circulation encore plus difficile. La hausse de manière abusive du prix de la course du transport de la part des conducteurs a été observé. Dans certains coins de la ville, le prix du transport avait doublé voire triplé.

Même si jusqu’à présent l’on pas encore signalé officiellement des cas de morts ou de tortures graves sur les civils, la manière dont les éléments de la police opèrent sur le terrain laisse également à désirer. Dans une vidéo largement partagée sur le net, l’on pouvait voir les policiers embarquer très brutalement un jeune homme.

Reste à savoir si les autorités congolaises finiront par alléger cette mesure du couvre-feu, en essayant de l’adapter au vécu quotidien des kinois.

Wait and see…

Mechack Wabeno

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *