Âme de Kinshasa
Interkinois

Culture|slam : c’en est fait de l’appel du fleuve

L’appel du fleuve appartient désormais au passé. C’est dans la soirée du vendredi 15 novembre au centre culturel Boboto que s’est déroulé le concert de Peter Komondua, lequel a dû prôner l’unité au-delà des barrières frontalières.

Malgré les frontières nous sommes un. Le fleuve Congo n’est qu’un chemin qui relie Kinshasa et Brazzaville, tel a été le message essentiel célébré au cours de ce spectacle chaud bouillant.

Un slammeur plutôt lunatique

Si son entourage l’appelle le panafricaniste, Peter ne porte pas seulement cette casquette, car sur scène il a offert au public un voyage dans un monde lunatique. Allant du slam panafricaniste au slam d’amour. De là au slam humoristique, puis au slam triste etc. Avec des textes comme  »telema africa »,  »etike » ou  »poète maudit », Komondua est avant tout habité par une émotion pour écrire ses textes.

 »…les poèmes sont des émotions qu’on transmet avec des mots. Quand je les écrits, je suis souvent habité par une émotion…il y’a des sujets quand je suis hyper engagé, les gens disent que je suis tendancieux et que j’aurai peut-être un projet politique. Quand je parle d’amour, je ne suis pas compris par les femmes. Et quand je parle de mes solitudes, on me dit: ça n’engage que toi. Et pourtant, j’ai toujours eu besoin de communiquer et des partager une émotion dans mes textes » s’est-il exprimé pour justifier son texte  »le poète maudit », avant d’ajouter  »je suis le poète le plus béni de Kinshasa » avec un ton plutôt comique.

Il faut souligner que ce concert a connu la participation d’autres artistes slammeurs et chanteurs, notamment Fann, slammeur de Brazzaville, christian tshiamankinda, chanteur, Shekinah d’Afrique vainqueur du dernier concours grand slam de Kinshasa, et tant d’autres.

Joseph Mutshinayi

Print Friendly, PDF & Email
Partagez l'info!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *