Il fallait attendre plusieurs semaines après l’ouverture d’une enquête judiciaire sur la gestion des fonds alloués au programme d’urgence de 100 jours, pour voir un gros poissons de la politique congolaise être pris dans le filet de la justice.

Après David blattner de Safricas, Sammh Jammal de samibo Congo et Thierry Taemas de la Rawbank, Vital Kamerhe le directeur de cabinet du chef de l’État était lui aussi convoqué par le procureur général près la cour d’appel de Matete pour le même.

-Lundi 06 avril 2020 était le jour où Vital Kamerhe devrait répondre à son invitation au parquet de Matete malheureusement le président du parti UNC ne présentera pas au parquet, les erreurs matérielles serait la raison selon ses hommes de confiance ;

-Le mercredi 08 avril, le dircaba du président tshisekedi acceptera finalement pour répondre à deuxième invitation du procureur Adler Kisula, il était 13 heure quand l’ancien président de l’Assemblée Nationale sous le régime Kabila arrivera à bord de sa jeep 4×4 sur place l’on observe un important dispositif policier, Vital Kamerhe accédera au parquet sous l’ovation de ses militants de l’UNC venu nombreux soutenir leur président national oubliant même de respecter les mesures barrières édictées pour lutter contre le Covid 19.

Quelques minutes après l’interrogation tant attendue de Vital Kamerhe va débuter, ce dernier sera face aux juges durant environ 6 heures, rien de ce se passé à l’intérieur ne filtré à la presse, mais plusieurs sources renseignaient que Vital Kamerhe a été interrogé comme renseignant dans son rôle sur l’exécution dans les travaux de 100 jours, 18 heures fin de l’interrogation le cortège transportant vital Kamerhe quitte le parquet faisant croire à tout le monde que le président de l’UNC rentre chez lui en homme libre or que ces véhicules avaient pour direction la prison de Makala, 19 heures moins son cortège arrive à makala l’on apprend que un mandat arrêt a été lancé a l’endroit directeur de cabinet chef de l’État, il va alors être placé en détention provisoire au CPKR.

Une attestation provisoire qui va suscité plusieurs réactions d’abord du côté de la population et de la société civile ensuite du côté de son parti UNC.

-Au lendemain de l’arrestation de leur président national au Sud-Kivu les militants de cet parti politique vont descendre dans la rue pour manifester leur mécontentement, Serein depuis sa cellule vital Kamerhe va appeler ses sympathisants au calme.

-Près de 24 heures seulement après sa détention l’on apprend dans les coulisses qu’une lettre sollicitant sa liberté provisoire est en élaboration;

-Vendredi 10 avril la dite lettre sera déposé lors d’une audience à la chambre du conseil.

-Samedi 11 avril, la demande de la remise en liberté provisoire de Vital Kamerhe va être rejeté, l’homme que les kinois appellent le pacificateur devra encore rester 15 jours de plus à Makala où il va attendre sa confrontation avec d’autres personnes impliquées dans cette même affaire.

Le souhait de plusieurs congolais ne rien d’autres que celui de voir les vrais coupable de cette affaire de fonds alloués aux travaux d’urgence de 100 jours être jugés et condamnés.

Qui vivra verra…

Mechack Wabeno

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *