Au lendemain du discours du Président de la République qui a débouché sur la rupture de la coalition FCC-CACH et l’annonce de la nomination d’un informateur pour indentifier la majorité parlementaire, des réactions viennent de toutes parts.

En province du Nord-Kivu, ce discours était attendu par plusieurs. Le député provincial, Promesse Matofali, élu de la ville de Butembo, s’est livré à cœur joie à la rédaction d’Interkinois.net.

Malgré son appartenance à la coalition de l’opposition Lamuka, Promesse Matofali, cadre de Ensemble pour la République de Moïse Katumbi, a salué le discours, qualifié d’historique, du président Félix Tshisekedi Tshilombo. Pour lui, les décisions prises par le chef de l’État marquent un nouveau départ de la RDC .

« Des consultations, le chef de l’État a compris que la population ne voulait plus de la coalition voilà pourquoi s’étaient un message historique et qui restera gravé dans les mémoires des congolais. Ca marque un nouveau départ qui va se tailler sur les anti-valeurs et remettre le pays sur la voie de développement » a-t-il expliqué d’entrée de jeu.

Dans une déclaration, le Front Commun pour le Congo, cher à l’ex-président Joseph Kabila, a jugé d’inconstitutionnelle la décision de Félix Tshisekedi, celle de nommer un informateur alors qu’il y a un gouvernement déjà en place. Promesse Matofali n’y va pas par quatre chemins, et appele le FCC à basculer du côté de l’opposition.

« Le fait que le FCC rejette, c’est tout à fait normal. Nous sommes entrain de sensibiliser nos amis du FCC d’aller directement dans l’opposition parce qu’ils ont échoué lamentable les élections. Et nous savons ce qui s’est passé avec la majorité au parlement . Ce qui est sûr à l’assemblée nationale, il n’y a pas de FCC, il y a des plateformes politiques et des groupes parlementaires qui sont définis » a-t-il conclu.

Notons que dans sa déclaration rendue publique ce lundi 08 décembre à Kinshasa , le Front Commun pour le Congo a rejeté en bloc les annonces du Chef de l’État et a assuré son soutien au premier ministre et son gouvernement, ainsi qu’aux bureaux de l’Assemblée nationale et du sénat.

David Bitwayiki

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *