Grâce à la méditation du gouverneur de province, Boloko Bolumbu Bobo, le conflit qui opposait la population de Bokatola à la Société chinoise, Congo King Baisheng Foresty Développement (Cokibafode) ex Maniema Union II, est réglé par un accord signé entre les deux parties.

La signature de cet accord qui remet la confiance entre les parties, a eu lieu le dimanche dernier à Bokatola, chef-lieu du secteur qui porte le même nom, dans le territoire d’Ingende. Les bons offices du gouverneur Boloko, en mission officielle sur le lieu, a réglé ledit conflit.

Arrivée du Gouverneur de province de l’Equateur, Boloko Bolumbu Bobo à Bokatola

Au terme de cet accord, la firme chinoise s’engage à aménager la route Ingende, et non comme par le passé, à travers le port de Bikoro sur le Lac Tumba. Ceci avec tous les avantages en faveur de la population.

Population Bokatola, territoire d’Ingende

Un délai de 45 jours a été accordé à la société Cokibafode pour terminer sur ladite route, les travaux déjà entamés.

Partie de la société chinoise Cokibafode/ex Maniema union II

Au moment où les discussions sont en évolution, grave surprise, un Député provincial, élu du Territoire d’Ingende, en la personne de l’honorable Mboyo Jean-Marie surgit sur le lieu avec sa suite composée de trois éléments de la PNC bien armés à bord d’une Jeep Land cruiser en provenance d’Ingende centre. Devant lui, une foule des badauds acclamaient son passage jusqu’à son entrée dans salle de conférence du bâtiment administratif de Secteur où se tenait la rencontre, perturbant ainsi le bon déroulement de ces assises dirigées par le Gouverneur de Province, représentant du Président de la République en mission officielle dans ce coin.

Quelques questions méritent d’être posées :

– pourquoi ce Député provincial a – t – il affiché ce comportement ?

– Il avait quelles intentions ?

Devant cette barbarie, la sécurité du Gouverneur de Province a désarmé les trois éléments en question, a mis la main sur eux, et les a acheminé jusqu’à l’Auditorat militaire de Mbandaka.

Dossier à suivre.

Pamafi OTENGA

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *