Un blocage manifeste s’observe au sein des institutions notamment à la Cour Constitutionnelle. Et, cette situation a éclaté depuis les nouvelles nominations au sein de la Haute Cour en juillet dernier. Si d’un côté, le Chef de l’État, Félix Tshisekedi ne s’imagine pas reporter ces ordonnances, de l’autre, le FCC fort de sa majorité semble bloquer leur prestation de serment, car cela doit se faire devant le parlement réuni en congrès.

Manifestement, il y a des transactions pour régler cette situation politiquement. En début de cette semaine soit le mardi 13 octobre dernier, Félix Tshisekedi a accordé une audience aux présidents des deux chambres. Dans leur échange, cette question était évoquée.

Le locateur du Palais de la Nation a émis son souhait de voir les juges récemment nommés prêter serment le plus tôt. Mais, Jeannine Mabunda et Alexis Thambwe Mwamba se montrent retissant. A la sortie de l’audience, ils sont restés fidèles à eux en indiquant qu’ils s’en tiennent au respect des textes. C’est la position de la plate-forme de Joseph Kabila.

Pourquoi le FCC ne veut pas saisir le Conseil d’Etat pour attaquer ces ordonnances de Félix Tshisekedi ? Une question qui vaut un pesant d’or. Visiblement, le FCC n’a aucunement confiance en cette instance judiciaire que dirige un vieux briscard de la politique congolaise, Vundwaye Tepemako ?

24 heures avant la rentrée judiciaire,
Felix Tshisekedi a reçu les membres du bureau du Conseil supérieur de la magistrature, alors que le conflit perdure avec les présidents des deux chambres sur la désignation de deux juges constitutionnelles. A l’issue de cette rencontre, le procureur général près la Cour Constitutionnelle n’est pas allé au dos de la cuillère. Devant la presse, il a laissé entendre que ces nominations étaient conformes à la Constitution. Tel un tournant ou une goûte d’eau qui déborde le vase. L’on se demande pourquoi cette précision ?

FCC-CACH : si tu me bloques à gauche, moi je te bloquerai à droite ?

Que des blocages au sein de la coalition au pouvoir FCC-CACH. Pour plusieurs analystes politiques, les coalisés ne jouent pas un franc jeu. Ils sont dans un mariage contre nature. De plus en plus, ils ont les yeux tournés vers la perspective 2023. Pour le FCC, tout est mis en œuvre quant au retour de Joseph Kabila à la magistrature suprême alors que le CACH notamment l’UDPS parle de la remise avec Jésus-Christ.

Ainsi, le FCC n’a toujours pas digéré et n’est pas prêt à accepter ces nominations à la Cour Constitutionnelle. Quant à lui, le CACH tient mordicus à la prestation de serment de ces juges. C’est un bras de fer pour contrôler la Haute Cour ?

Pendant ce temps, l’installation des membres du bureau de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) est bloquée. Entériné par l’Assemblée nationale, la candidature de Ronsard Malonda a été placée dans les tiroirs de la présidence. Plus d’un ont pointé du doigt le FCC de porter Ronsard Malonda. Face à cette situation, Félix Tshisekedi s’est dit être dans l’impossibilité de l’investir.

Alors que la réforme électorale est souhaitée par tous à l’approche du quatrième cycle électoral en Rd-Congo, ces tensions ne favorisent pas la bonne marche de l’État. La voie de la sagesse voudrait que l’intérêt de la nation prime sur les intérêts partisans.

Ainsi, l’on se demande à qui profite cette situation ô combien préoccupante ? Entre-temps, la situation socio-économique du congolais moyen se dégrade au jour le jour.

Trésor Mutombo

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *