Si d’un côté l’instauration de la mesure portant sur le couvre-feu dans la ville de Kinshasa est purement sanitaire, de l’autre, ladite mesure impacte négativement sur les activités commerciales des Kinois surtout en cette période des festivités de fin d’année.

Au marché UPN situé dans la commune de Ngaliema, nous avons constaté qu’il y a un fort engouement qui y règne.

Bien que sous une pluie battante, l’on aperçoit les vendeurs étalés leurs marchandises pour les fêtes de fin d’année. Il s’agit notamment des vêtements ainsi que de chaussures. Les magasins où sont vendus les articles des beautés (mèches, plante, perruque) sont pris d’assaut voire rempli par des clients.

Mais, cet engouement à la veille du nouvel an ne représente pas grande chose pour les vendeurs. D’après eux, ils ont un peu du mal à écrouler facilement et rapidement leurs marchandises.

« C’est très difficile pour nous de vendre correctement, car c’est durant cette période que nous sentons vraiment l’engouement même au niveau du grand marché. Mais cette fois, les clients ne viennent que demander le prix ensuite ils repartent », a confié un vendeur au micro d’interkinois.net.

Pour d’autres commerçants, la mesure du couvre-feu est aussi parmi les éléments qui favorisent cette lenteur des activités commerciales.

« En tout cas, nous sommes en difficulté. D’abord, nous ne vendons pas correctement. Puis, il y a encore cette mesure (couvre-feu). Or, de notre côté les activités sont normalement lancées à partir de 18h pour terminer soit 21h ou 22h » a déclaré monsieur Marco un vendeur des chaussures.

Puisque les économiques de leurs ménages sont au bord de la faillite en ce moment, plusieurs citoyens Kinois continent de toujours réclamer un réajustement par rapport à l’heure fixée pour le début du couvre-feu.

Mechack Wabeno

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *