Dans un communiqué signé par son président, le professeur Isidore Ndaywell, le comité laïc de coordination se dit satisfait du travail des responsables du parquet général de la cour d’appel de Kinshasa/Matete dans le dossier du directeur de cabinet du chef de l’État, Vital Kamerhe qui n’a pas seulement été interpellé mais aussi inculpé dans le cadre des enquêtes sur les travaux d’urgence de 100 jours du président Felix Tshisekedi.

Le CLC estime que cet acte judiciaire “inédit” est “un signal fort qui répond aux multiples appels des organisations de la société civile contre la banalisation des détournements des biens de l’État, le laxisme de la justice et l’institutionnalisation de l’impunité”.

Et de poursuivre: “depuis des mois, le CLC n’a cessé de réclamer la réhabilitation de la justice républicaine”; suite à cette inculpation de Vital Kamerhe, le comité laïc de coordination lance un appel aux magistrats œuvrant en RDC de suivre cet exemple afin que la justice de notre pays soit totalement rétablie. A cet effet, le CLC a demandé à ces juges de “poursuivre d’autres procédures qui ont subi des tentatives d’étouffement au niveau des parquets, sans céder aux intimidations et aux pressions extérieures”.

Toujours dans son communiqué, le CLC a souligné que le souhait de la population congolaise est la restitution de tous les biens de l’État détournés afin que ces fonds soient mobilisés pour la riposte contre le Covid-19 en RDC.

Ci-dessous le communiqué de CLC

Mechack Wabeno

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *