A travers une note publiée ce jeudi 24 septembre, la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a révélé plusieurs cas de violations de droit de l’homme dont sont victimes les habitants des territoires de Djugu, Mahagi et Irumu dans la province de l’Ituri.

Ce rapport d’Oicha renseigne que, entre les mois d’avril et juillet de l’année en cours, au moins 83 enfants ont perdu la vie suite à une insécurité grandissante qui sévit dans cette province.

« Entre mai et juillet 2020, 183 cas de violations graves de droits de l’enfant ont été enregistrés et 83 enfants ont été tués lors des attaques entre avril et juillet », a fait savoir Oicha.

Outre les morts que l’on ne cesse de compter du jour au lendemain, le bilan de cette structure présente également des résultats satisfaisants. Elle signale la réintégration dans la société de plus de 200 enfants autrefois associés aux différents groupes armées opérant en Iturie.

Cependant, 215 enfants associés aux forces et groupes armés dont 70 filles ont été réintégrés grâce aux efforts des partenaires humanitaires depuis le début de l’année. Par ailleurs, 48 filles survivantes des violences sexuelles ont bénéficié d’un soutien médical spécifique», a-t-elle précisé.

Face à cette recrudescence de l’insécurité caractérisée par un déplacement de la population, l’ONG Oicha tire la sonnette d’alarme pour demander une aide en faveur de toutes ces personnes.

Mechack Wabeno

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *