Tôt dans la matinée de ce vendredi 7 février, les militants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), étaient dans les rues entre la 10e et la 12e Limete et vers la direction Éthiopie non loin du rond-point victoire dans la commune de Kasa-Vubu.  

Ils y étaient pour réclamer notamment le divorce entre leur parti et son allié l’UNC, la fin de la coalition FCC-CACH, pour exprimer leur mécontentement suite à la suspension des bourgmestres de 8 communes de Kinshasa parmi lesquels figurent les membres de l’UDPS, ainsi que dénoncer l’arrêt que connaisse l’exécution des travaux de construction des sauts-de-mouton.

« Ce blocage est dû à la suspension de bourgmestres issus de l’UDPS. Aussi les sauts-de-mouton qui traînent encore. Cette coalition FCC-CACH n’aide pas le président à bien mener ses actions. On en a marre », témoigne un militant sur place.

Aussitôt alertée, la police nationale congolaise a vite fait sa descente sur place pour rétablir l’ordre public et ouvrir la circulation qui était bloquée par des pneus brûlés le long de l’artère.

« L’ordre public est revenu. La circulation est à nouveau fluide et normale. Nous avons laissé quelques policiers sur place. Ils n’ont pas cassé, ils ont brûlé des pneus sur la chaussée », a dit le Général Sylvano Kasongo.

Notons qu’hier, une délégation de l’UDPS, conduite par son président a.i, Jean-Marc Kabund, a effectué la ronde des chantiers de sauts-de-mouton dont les travaux n’avancent presque pas. Chose qui déplaît les militants de ce parti. Comme si cela ne suffisait pas, le même jour, il y a eu suspension de 8 bourgmestres de communes, parmi eux ceux issus du parti au pouvoir, pour non-respect des textes légaux et entrave à la bonne marche du programme d’assainissement de la ville, Kin Bopeto.

Jacqueline Kamate

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *