Le député national, Crispin Mbadu, a pris connaissance des doléances et complaintes de ses électeurs du territoire de Tshela, dans le Kongo Central, pendant ses vacances parlementaires, conformément aux prescrits de la Constitution. Cet élu de Tshela a été informé d’une affaire de spoliation des terres dont ses électeurs sont victimes.

De retour à Kinshasa, Crispin Mbadu a saisi le Ministre des Affaires Foncières pour solliciter la mise en place d’une commission d’enquête sur les concessions agricoles détenues par la Société des Cultures et d’Industries Agricoles au Mayombe (SCAM).
Selon les habitants de Tshela, cette coupe “illégalement” des terres fans cette contrée du Kongo Central.

L’affaire remonte à 2007, année durant laquelle la province du Kongo Central avait initié une commission d’enquête en vue de rétrocéder 208 hectares aux populations de Tshela. Chose qui n’a jamais faite, la SCAM n’avait jamais remis ces terres, même si en 2015, le certificat
d’enregistrement a été modifié, conformément à la partie rétrocédée.

Dans sa correspondance au ministre des Affaires Foncières en vue d’obtenir que justice soit faite sur ce dossier qui préjudice toute une communauté, Crispin Mbadu écrit : «SCAM qui détient septante et une concessions agricoles dans le territoire de Tshela depuis l’époque coloniale, n’a payé des redevances foncières que pour trente concessions laissant ainsi les quarante-une autres concessions en situation irrégulière, et ce, au détriment du trésor public pendant plusieurs exercices.
Cela ressort du rapport officiel vous adressé le 04 septembre 2020 par le conservateur des titres immobiliers de la circonscription foncière de Tshela
».

Le député a fait savoir que la SCAM, qui officiellement a eu, par le passé à remettre une vingtaine de concessions aux communautés locales, garde encore des documents de ces mêmes concessions en son nom. Un abus qui prive les ayants-droits d’exploiter ces terres. Le député précise que souvent les communautés locales n’ont même pas accès à ces concessions.
En plus de cette privation injuste, ces communautés ne peuvent pas accéder à un crédit agricole, faute d’avoir des titres fonciers en leurs noms. «Il est frappant de relever qu’alors que la SCAM détient des titres renseignant une superficie de 2 221 Ha 10 A 94 ca, son occupation effective s’étend sur 8.114 HA 23 A 68 ca. Ceci amène au minimum, à considérer que ces certificats d’enregistrement détenus par cette société devraient être réexaminés conformément à la loi », a renchéri l’élu de Tshela.

Crispin Mbadu en appelle à la mise en place d’une commission d’enquête composée des fonctionnaires du ministère des affaires foncières afin de réparer l’injustice que la population de Tshela endure depuis des années.

Casimir MBIYAVANGA

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *