Voulant éclairer la lanterne de l’opinion sur la confusion entretenue après publication du plan de trésorerie du premier trimestre 2020, le ministère des finances et la vice-primature du budget ont apporté des explications claires et nettes au cours d’un point de presse conjoint animé ce mardi par les directeurs de cabinet de ces deux portefeuilles.

Le budget de l’Etat est l’expression de la volonté politique du gouvernement à mettre en oeuvre l’agenda de développement du pays. Il est voté par le parlement sous forme de loi des finances et sur base annuelle avec des recettes constituant des minima et des dépenses des maxima. Quant au plan de trésorerie, il est un outil de gestion et de pilotage de l’exécution du budget au regard des fructuations de la conjoncture et des contraintes trouvées sur le terrain“, a expliqué d’entrée de jeu Vincent Ngonga, Directeur de cabinet du ministre des finances. Explication qui valait la peine car après publication du plan de trésorerie, beaucoup de compatriotes ont pensé qu’il s’agissait de la révision à la baisse du budget 2020.

Conformément à la théorie de l’acte contraire, il (le budget : ndlr) ne peut être modifié que par le parlement à travers une loi rectificative“, a-t-il poursuivi avant d’insister : “le budget de l’Etat n’est pas à confondre avec le plan de trésorerie“. Vincent Ngonga a aussi rappelé que la publication de ce plan de trésorie dans le site officiel du ministère des finances faisait suite à l’accord sur le programme de référence convenu entre la RDC et le FMI.

” Le plan de trésorerie et le plan d’engagement n’ont pas de pouvoir de réduire le budget“, a expliqué à son tour Jean Marie Bamporiki, Directeur de cabinet du Vice premier ministre en charge du budget. Il a fait noter que les 2 instruments pouvaient retarder certaines dépenses mais pas les réduire car tout ce qui est prévu dans le budget doit être exécuté tant qu’il n’y a pas une loi rectificative.

Quant à la question de l’évaluation du budget 2020, Jean Marie Bamporiki a indiqué que ceci ne pourrait intervenir qu’après la fin de l’année 2020 par une loi de rédition des comptes. Comme pour dire qu’il serait hasardeux d’évaluer un budget avant la fin de son exercice.

Casimir Mbiyavanga

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *