Dans une atmosphère de réflexion, les ateliers des jeunes Congolais ont débuté ce mercredi 4 novembre, dans la salle père Boka du Cepas. Le thème “l’apport et le rôle de la jeunesse congolaise dans la refondation de la nation” était au cœur des réflexions.

Cet atelier a réuni les jeunes de tout bord dans le but de réfléchir au delà des clivages politiques et de décortiquer les problèmes de la jeunesse afin de trouver des pistes de solution d’une part, et d’autres part “cet atelier a été pensé dans le but d’avoir un retour d’expérience ou du vécu de ceux qui se considèrent jeunes. Sans idées préconçues, sans appartenance”.

Dans son mot d’introduction, Monsieur Souley a déploré le fait que l’État n’assume pas pleinement son rôle de protéger la jeunesse qui est l’avenir du pays.

Notre démarche est légitime et salutaire car si nous faisons la lecture de l’article 42 de notre constitution qui stipule, le pouvoir public a l’obligation de protéger la jeunesse contre tout atteinte à sa santé, à son éducation et à son développement intégrale, nous constatons amèrement que l’État congolais est démissionnaire devant ses obligations au bénéfice de la jeunesse congolaise. Pouvons-nous dénoncer l’Etat congolais pour non assistance à personne en danger ? Mieux encore, devons-nous dénoncer l’Etat congolais pour abandon de sa jeunesse ? Donc de son avenir ? Pour ce faire, avant de répondre à ces questions, réfléchissons ensemble a fin de décortiquer les problèmes de notre jeunesse afin de cerner les maux qui nuisent à la santé de cette dernière“, a-t-il martelé.

Au cours de cet atelier, la marginalisation des jeunes dans le processus de prise de décision a également été dénoncé. Car, étant donné que “65% de la population en RDC est jeune, on ne peut pas prendre des décisions sans la jeunesse“, a indiqué un des intervenants.

Les débats ont tourné autour des sujets suivants :

  • citoyenneté (Culture, civisme et mentalité)
  • Éducation (accès, qualité et réforme)
  • Orientation à la bonne gestion des activités commerciales (culture de l’argent)
  • Criminalité Juvénile
  • Autonomisation de la jeune femme
  • Accès au logement
  • Jeunes en milieu rural
  • Accès à l’emploi et à l’entrepreneuriat
  • Politique, démocratique et Jeunesse

Signalons que ces travaux qui se clôtureront le 5 novembre, vont aboutir par des recommandations qui seront formulées dans un mémorandum qui sera remis à qui de droit.

Floriette Nyogbia

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *