Loi-Tshiani : « le chef de l’État n’est ni de près ni de loin concerné par cette loi » (NGT/Lomami)

Loi-Tshiani : « le chef de l’État n’est ni de près ni de loin concerné par cette loi » (NGT/Lomami)

Les réactions continuent de tomber concernant le projet de loi de Noël Tshiani sur la Congolité, c’est le cas de la nouvelle Génération Tshisekedi (NGT)/Lomami, ce mouvement associatif socio-politique et de développement dit soutenir la loi de la congolité de Noël Tshiani comme critérium pour accéder aux postes clés et Ministères régaliens au sommet de l’État.

Selon son coordonnateur provincial, Maître Toussaint Kamuanga Lubamba, le chef de l’État n’est pas concerné dans ce dossier.

« Il convient d’éclairer l’opinion publique que Monsieur le Président de la République n’est ni de près ni de loin concerné par cette loi de Mr Tshani. Autrement dit, il n’est pas impliqué dans ces démarches relatives à l’adoption de cette loi au Parlement, comme le font entendre ceux qui veulent friser l’intégrité et la cohésion Nationale » a fait savoir Me Toussaint Kamuanga Lubamba

A lui de poursuivre

« L’article 72 de la constitution du 18 Février 2006 garanti à toute personne le droit de pensée et de conscience. C’est dans ce cadre que s’inscrit les démarches de Mr Noël Tshani tendant tout simplement à verrouiller les postes clés au sommet de l’État pour éviter l’infiltration et la trahison dans des postes clés (régaliens) et aussi dans l’armée. Seuls les Congolais de pères et mères Congolais pourront accéder à ces postes Stratégiques » a-t-il poursuivi

Le coordonnateur provincial de la nouvelle génération Tshisekedi dans la province de Lomami rappel que cette disposition évoquée, prévoyait déjà à l’époque ce critérium vers les années 1984, à l’époque de Mobutu

« S’il faut le dire, l’article 72 de la même Constitution ci-haut citée; exige comme critérium pour être candidat à l’élection présidentielle; il faut posséder la nationalité congolaise d’origine. D’ailleurs, dans les années 1984, à l’époque du Président MOBUTU, l’article 7 de la loi n°84-001 du 20 Janvier 1984 portant organisation de l’élection du Président de la République stipulait ceci : Tout candidat au poste du Président de la République doit avoir la nationalité Zaïroise d’origine c’est à dire des pères et mères Zaïrois » a-t-il rappelé.

Pour lui, ce qui est important dans cette loi sur la congolité, elle n’exclut aucun congolais à accéder à un poste stratégique mais cela a pour finalité, d’éviter l’infiltration et la trahison au sommet de l’État.

Junior Mpandanjila

Print Friendly, PDF & Email
(Visited 28 times, 1 visits today)
Merci de partager!!
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *