Âme de Kinshasa
Interkinois

Massacres dans les régions du Kivu : 1 900 civils tués et 3300 enlèvements en deux ans (Rapport)

D’après un rapport publié ce mercredi 14 août et intitulé « Congo, l’oublié : les chiffres derrière la plus longue crise humanitaire en Afrique », par Human Rights Watch et le Groupe d’étude sur le Congo, 1900 personnes ont été tuées et 3300 d’autres ont été enlevées par les groupes armés dans une période allant de juin 2017 à juin 2019 au Sud-Kivu et au Nord-Kivu.

Le territoire de Beni et ses environs sont les zones les plus touchées par les violences à cause de la présence de plusieurs groupes armés, notamment les rebelles ougandais des ADF.

« L’épicentre de la violence dans le Kivu est le territoire de Beni : 31% de tous les meurtres de civils ont eu lieu ici, principalement à cause des combats entre les forces de sécurité congolaises et la rébellion des Forces démocratiques alliées, en anglais Allied Democratic Forces (ADF). Ce groupe armé ougandais a tué au moins 272 civils entre 2017 et juin 2019. Le nombre de victimes des attaques des ADF est probablement beaucoup plus élevé. D’autant qu’un grand nombre des 223 victimes d’attaques sont classées comme “non attribuées” et qu’aucun autre groupe armé ne dispose de bases actives au nord et à l’est de la ville de Beni », précise le rapport.

Pour Lewis Mudge, directeur du département Afrique à Human Rights Watch, comprendre qui commet les atrocités est la première étape pour faire en sorte que les responsables rendent des comptes et pour mettre fin aux abus. Ce rapport a été publié dans le cadre du projet « Baromètre sécuritaire du Kivu » géré par Human Rights Watch et le Groupe d’étude sur le Congo basé à New York.

Bienfait Luganywa

Print Friendly, PDF & Email
Partagez l'info!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *