« Façonner la paix ensemble » c’est le thème choisi cette année pour célébrer la journée internationale de la paix, qui est commémorée le 21 septembre de chaque année. Cette journée a été instituée depuis 1981 par l’assemblée générale des nations unies et ce, sur proposition du Royaume-Uni et le Costa Rica.

Ladite journée est dédiée à la paix, particulièrement à l’absence des guerres qui se manifestent par un cessez le feu.

Cette célébration en 2020 est marquée par la présence de la pandémie à coronavirus qui, en dehors des guerres, a emporté des milliers des personnes à travers le monde, de ce fait le secrétaire général de l’ONU, Antonio Gueterres avait dans un message, appelé tous les belligérants à déposer les armes car selon lui La furie avec laquelle s’abat le virus montre bien que se faire la guerre est une folie ».

Pour maître Jean Claude Katende, président de l’ONG Asadho, avec toutes ces tueries dans la partie Est de la RDC, l’on ne peut pas réellement parler de la paix au pays. Car même les organisations internationales ont montré leurs limites face à cette insécurité.

Le rapport mapping qui retrace plusieurs cas de violence en RDC renseigne que entre 1993 et 2003 au total 617 incidents ou crimes assimilables à des crimes de guerre, crimes contre l’humanité et violation du droit humanitaire ont été  commis en RDC entre 1993 et 2003. A ce jour, aucune poursuite judicaire a été enclenchée et aucun responsable public n’a été cité dans cette affaire.

Mechack Wabeno

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *