Encore et toujours à Beni. Huit civils ont succombé dans la nuit de mardi 06 à mercredi 07 octobre après une incursion rebelle dans les villages Akwekwe et Bayeyi, à une quarantaine de kilomètres au Nord-ouest de la commune rurale d’Oicha, chef-lieu du territoire de Beni.

Pour le président de la société civile d’Oicha, Philippe Paluku Bonane, les rebelles ADF seraient les auteurs de l’attaque de ces deux villages à la limite des provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

« Ces assaillants munis d’armes blanches ont surgi nuitamment avant de tuer huit civils dans leurs habitations. Parmi ces personnes tuées, sept sont d’une même famille », a-t-il déclaré au micro de la Radio Okapi tout en révélant que cette incursion a provoqué le déplacement de la population vers des zones plus sécurisées.

Par ailleurs, la société civile locale a laissé entendre que toutes les victimes auraient été tuées à l’arme blanche. Cette nouvelle incursion est enregistrée juste après celle de Mamove, lundi 05 octobre dernier. Cela a causé la mort de dix personnes.

Il sied de noter qu’au cours d’un entretien avec la presse ce jeudi, Edgard Mateso a invité le Chef de l’État, Félix Tshisekedi, à visiter aussi la ville de Beni pour s’enquérir de la situation sécuritaire dans cette contrée.

« Pour nous la priorité des priorités, c’est d’arrêter les tueries des civils au Nord-Kivu plus précisément dans la région de Beni. Nous voudrions d’ailleurs à la fin du séjour du Chef de l’État dans cette partie qu’il prenne le courage d’aller s’enquérir de la situation telle que vécue à Beni parce que malgré la présence très énorme des militaires FARDC et des casques bleus qui ont une logistique impressionnante, la population est en train de vivre sans aucune protection », a-t-il déclaré.

Trésor Mutombo

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *