Nord-Kivu : La police sur toutes les artères ce jeudi pour traquer les motos sans plaque d’immatriculation

Nord-Kivu : La police sur toutes les artères ce jeudi pour traquer les motos sans plaque d’immatriculation

L’opération de la traque des motos sans plaque d’immatriculation entre en vigueur ce jeudi 07 septembre 2021 sur l’ensemble de la province du Nord-Kivu . Cette décision ressort d’un conseil provincial de sécurité présidé par Madame Marie Lumoo Kahombo vice gouverneur et Gouverneur de la province.

Annoncé depuis le 02 janvier dernier par le commissaire divisionnaire adjoint de la police nationale congolais au Nord-Kivu , la décision de la traque des motos sans plaque d’immatriculation démarre finalement ce jeudi . Cela dans le cadre de la lutte contre la criminalité sur toute l’étendue de la province souvent attribuée aux taximan moto

Au sortir de conseil provincial de sécurité tenu ce mercredi 06 janvier , le ministre provincial de l’intérieur , Jean-Bosco Sebishimbo a appelé tous les propriétaires des motos qui n’ont pas acheter la plaque d’immatriculation de rester à la maison pour qu’ils ne se fassent pas arrêter lors du bouclage .

« La loi congolaise n’autorise pas à un engin de pouvoir être sur la route sans plaque d’immatriculation , il est impossible que toute la population de ne pas servir de complicité pour les motards qui vont s’entêter . Avant de prendre la moto , il faut vérifier si elle a une plaque », a-t-il expliqué.

Dans la ville de Goma , chef lieu de la province , les avis des taximan moto sont partagés sur l’achat de cette plaque . Certains évoquent le délai de paiement qui ne leur a pas été favorable , d’autres estiment qu’au vue du contexte actuel lié à la covid-19 , réunir la somme de 25 dollars pour la plaque et s’occuper de l’entretien de la moto devient difficile .

«Au delà de tout cela le motard doit vivre , il doit acheter le carburant et continuer à faire l’entretien de la moto . Ce que nous demandons à la police que ce recouvrement ne soit pas un instant des tracasseries. Nous pensons que c’est une action qui peut apporter quelque chose sur la sécurité dans la ville de Goma », lance Marion Ngavo président de la coordination de la société civile de la ville volcanique.

David Bitwayiki

Print Friendly, PDF & Email
(Visited 4 times, 1 visits today)
Merci de partager!!
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *