Suite à des attaques répétitives des rebelles ougandais de l’ADF dans la région de Beni, plusieurs aires de santé de la zone d’Oïcha en territoire de Beni ne sont plus opérationnelles. Les prestataires ont fuit les atrocités.

La société civile santé du Nord-Kivu attire l’attention du gouvernement provincial et des autorités militaires sur l’insécurité grandissante qui est à la base de l’abandon de la population de la zone de santé d’Oïcha qui a difficile à accéder aux soins appropriés .

« les infirmiers craignent pour leur sécurité c’est pourquoi ils ne sont pas à leurs postes d’affectation. Lorsque la population est abandonnée plusieurs conséquences peuvent en découler , d’abord la résurgence des diverses maladies, ensuite Ebola ou le Coronavirus virus peuvent encore nous endeuiller dans cette zone de santé » ,explique Bitangalo Nsolo Emmanuel secrétaire exécutif de la société civile santé .

À en croire les sources sur place, la majorité de 26 aires de santé que compte la zone de santé d’Oïcha ont cessé avec leurs activités. Les prestataires se concentrent tous dans les parties de la commune rurale d’Oïcha non touchées par les assauts des rebelles ougandais .

« La seule recommandation aux autorités, c’est de jouer pleinement leur rôle, celui de protéger la population mais aussi d’assurer sa santé. Ils doivent en finir avec ces rebelles qui attaquent à chaque fois la zone de santé de Beni », a ajouté Bitangalo Nsolo

Notons que depuis fin octobre, les rebelles ougandais de l’ADF ont multiplié des attaques dans plusieurs localités de la commune rurale d’Oïcha. Une situation qui a causé un déplacement massif de la population .

David Bitwayiki

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *