Processus électoral : les députés nationaux du Pprd ne participeront pas à l’examen de la loi électorale le mercredi prochain à l’assemblée nationale ( André Ntambwe)

Processus électoral : les députés nationaux du Pprd ne participeront pas à l’examen de la loi électorale le mercredi prochain à l’assemblée nationale ( André Ntambwe)

Les députés nationaux du Parti du Peuple pour Reconstruction et la Démocratie (PPRD) de Joseph Kabila posent des préalables pour prendre part à la plénière du mercredi prochain qui sera consacrée à l’examen de la proposition de loi électorale, a annoncé André Ntambwe député National ce vendredi 15 avril à Kinshasa.

Cet élu exige au nom de son parti politique un dialogue entre les parties prenantes au processus électoral pour dégager un large consensus, et ce, en dehors des institutions. « La seule condition, c’est l’acceptation d’un consensus par une recomposition de la Ceni, et la régularisation de la composition à la Cour Constitutionnelle, et sur les discussions sur les principales réformes électorales à entreprendre. Il n’existe pas d’assemblée nationale au vrai sens du mot, il existe une assemblée des adeptes de l’Union sacrée majoritaire, et que cette assemblée devient une caisse de résonance du pouvoir. Et là, il y’a plus un débat démocratique, il faut sortir de ce carcon pour que nous puissions avoir le débat d’idées, les confrontations d’idées soit qui doivent amener ce pays vers le développement, la paix et la quiétude tant attendus par la population. »

André Ntambwe annonce cependant, que si leur requête ne trouve pas une réponse favorable, le PPRD va initier des actions sur terrain avec l’aide probable de la population congolaise pour faire pression sur pouvoir en place.  » Il y a aucun pouvoir qui soit plus fort que la population, et nous disons, nous allons montrer à ce pouvoir que la population est de notre côté, la population ne veut pas des élections chaotiques…. Si cette plénière est convoquée autour de la loi électorale dans des conditions actuelles, nous ne pouvons pas participer ça c’est clair, et le peuple va comprendre que lorsqu’il y a eu un opposant au pouvoir, il y a eu plutôt des nominations ». Le dénouement heureux ou malheureux de cette matière qui, d’ores et déjà, diverge les opinions au sein de la classe politique congolaise sera connu le mercredi prochain à l’assemblée nationale lors de la plénière consacrée à l’examen de la proposition de la loi électorale.

Joël kembongo

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.