Condamné à 30 ans de prison après qu’il a été reconnu coupable en 2019 de crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis dans la province de l’Ituri entre 2002 et 2003, l’ancien chef du groupe rebelle Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC), Bosco Ntaganda, est sommé le 08 Mars dernier par la Cour pénale internationale de payer à ses victimes des guerres, un montant estimé à 30 millions d’euros.

Selon les juges de la CPI, cette somme servira à couvrir les dommages causés par les troupes de ce chef milicien congolais d’origine rwandaise. Bien que les réparations seront collectives, mais l’on croit savoir que toutes ces victimes ne toucheront pas directement cet argent en mains propre.

A en croire les informations livrées par la Radio France Internationale, ces fonds seront versés à des associations d’aide, des institutions, et des ONG qui viennent en aide aux plus vulnérables notamment, les victimes de viols, les enfants soldats ou encore les sans domicile.

Bosco Ntanganda est actuellement dans une prison à la Haye au Pays-Bas où il est entrain de purger sa peine de 30 ans. Au moment de son arrestation, Bosco Ntaganda était reproché d’avoir été à la tête d’une milice qui a commandité des attaques, des meurtres, des viols, esclavage sexuel, persécutions et enrôlement des enfants mineures au sein de la rébellion.

Mechack Wabeno

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *