Cela fait exactement 62 ans en cette date du 4 janvier depuis qu’une série d’émeutes et troubles sociaux se sont produits dans la capitale du Congo belge de l’époque Léopoldville.

À la suite de ces troubles, plusieurs citoyens congolais avaient perdu leurs vies ce jour-là, et cette action qui fut présentée comme un signal très fort à l’endroit des colonisateurs belges était un très grand pas qui avait abouti quelques mois plus tard à l’indépendance du Congo le 30 juin 1960.

Pour la petite histoire, ces émeutes ont commencé lorsque les autorités belges de l’époque ont formellement interdit une manifestation politique du parti Abako de Joseph Kasavubu qui voulait tenir un meeting populaire à la place YMCA.

En colère après avoir vu la manifestation de leur parti être interdite, plusieurs militants de l’Abako qui étaient à YMCA pour prendre part à ce meeting ont commencé à lancer des pierres sur la police et à s’attaquer à des automobilistes blancs. Ces violences vont encore prendre de l’ampleur lorsqu’une autre foule des supporters déçus venus du stade après la défaite de 3 buts à 1 de l’As v.club face au FC Mikado s’est mêlée de cette affaire.

Le nombre exact de ceux qui sont morts ce 4 janvier 1959 n’est pas totalement connu, Selon les estimations de la presse de l’époque, c’est environ 35 000 Africains qui se retrouvent impliqués dans ces actes de violence.

Écoeurée par ce qui s’était passé, l’administration avait ainsi décidé d’arrêter dans la foulée plusieurs citoyens congolais dont le leader de l’Abako Joseph Kasavubu qui deviendra plus tard Premier Président dans l’histoire du Congo Belge.

Juste après ces émeutes, la date du 4 janvier est devenue un jour férié en RDC, ce pour honorer la mémoire de toutes les victimes considérées comme les martyrs de l’indépendance du Congo qui sont tombées ce jour-là.

Mechack Wabeno

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *