Les deux membres du présidium de la coalition Lamuka, Adolphe Muzito et Martin Fayulu, étaient en campagne de vulgarisation ce samedi 20 mars au centre culturel Boboto pour exposer devant les étudiants et autres militants, les réformes qu’ils ont proposées sur la loi portant organisation et fonctionnement de la CENI en RDC.

Prenant la parole en premier devant les militants des parti politiques Ecide et Nouvel Élan venus des 4 coins de la ville de Kinshasa, le premier ministre honoraire, Adolphe Muzito a rappelé le contexte historique de la CENI depuis sa création en passant par ses différentes réformes jusqu’à ce jour.

Pour sa part, le coordonateur en exercice de la coalition Lamuka, Martin Fayulu Madidi, a exposé en détail, les réformes institutionnelles que devraient opérer la CENI. D’après le candidat numéro 4 à la dernière présidentielle, ces réformes doivent notamment passer par la dépolitisation de la centrale électorale, la limitation des membres du bureau de la CENI mais aussi, l’élargissement de la gestion de cette institution d’appui à la démocratie à d’autres structures de la société.

Selon Martin Fayulu, à la suite des réformes proposées, le poste du président de la CENI devrait être confié aux confessions religieuses qui auront également leur quota dans ce même bureau. Cependant, il pense que Corneille Nangaa ne doit plus parler au nom de la CENI.

Cette réforme s’articule autour des idées ci-après :

•Dépolitiser la CENI
•Rendre l’organisation et la gestion des élections crédibles et transparentes
•Garantir l’indépendance et l’impartialité des membres du personnel de la CENI
•Proclamer les résultats qui reflètent la vérité des urnes
•Déconcentrer les pouvoirs du secrétaire national exécutif
•Renforcer l’autorité de la plénière de la Ceni, en tant qu’organe de contrôle
•Redéfinir les attributions des organes de la CENI
•Répartir clairement les attributions de chaque membre du bureau.
•Élargir la gestion de la CENI à d’autres structures de la société civile
•Mettre fin à l’impunité des intervenants dans le processus électoral
•Faire respecter la durée des mandats des membres de la CENI.

Après cette étape, le présidium de la coalition Lamuka promet de poursuivre sa campagne de vulgarisation sur les réformes de la loi électorale dans d’autres villes.

Mechack Wabeno, depuis le Centre Culturel Boboto

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *