Le député national, Ados Ndombasi, a adressé le mercredi 30 septembre, une question orale avec débat à la ministre des affaires étrangères, Marie Tumba sur la rupture du passeport congolais constatée depuis le mois dernier. Ados Ndombasi a formulé ses préoccupations dans une correspondance adressée à la ministre des affaires étrangères avec copie pour information à la présidente de l’Assemblée nationale, dont la rédaction d’Interkinois a obtenu une copie ce vendredi 02 octobre.

La question de savoir pourquoi le passeport congolais n’est-il plus produit est la principale interrogation d’Ados Ndombasi.

« Comment justifiez-vous que ce passeport, dont la production est en majeure partie financée par son coût excessif payé par les demandeurs, connaisse une rupture de stock ? Qu’en-est-il des congolais nécessitant une évacuation médicale d’urgence mais dont la vie serait mise en danger parce que ne pouvant pas se faire délivrer un passeport ? Que dire de nos frères et sœurs de la diaspora dont les passeports ont expiré et qui nécessitent urgemment de les renouveler pour leur séjour à l’étranger ? Qu’advient-il des étudiants congolais ayant bénéficié des bourses d’études à l’étranger et dont le parcours éducationnel sera compromis du fait de votre administration ? Enfin quel est le sort de toutes ces femmes commerçantes piliers de nos foyers ? », a-t-il demandé d’autant plus que selon lui, c’est dans les prérogatives du gouvernement de prévenir ce genre d’irrégularités.
Et de poursuivre :

” Il nous revient que l’état congolais avait sous-traité la production du passeport à SEMLEX, une entreprise privée spécialisée dans la production des imprimés de valeur. Un contrat avec des clauses on ne peut plus nébuleuses et qui sont demeurées inconnues du grand public à ce jour”.

Il a par ailleurs fait constater que non seulement il n’y a plus production des passeports mais aussi et surtout que le ministre n’a pas pris soin d’en informer l’opinion publique.

« Et pourtant, selon les informations publiées par le gouvernement congolais, SEMLEX devait procéder à un transfert du savoir-faire technologique à une société congolaise afin d’assurer la continuité de la production du passeport localement », a-t-il renchéri.

Pourquoi SEMLEX ne produit plus de passeport congolais ? Un audit de l’exécution du contrat avec SEMLEX a-t-il été ou sera-t-il effectué ? A ce jour quelle entreprise congolaise A la charge de la production du passeport congolais ? Alors que le contrat prévoyait qu’à l’échéance il y ait transfert de compétence et de technologie avec l’Etat congolais, qu’en est-il de ce transfert ? L’état congolais a-t-il mis à la disposition de SEMLEX, le personnel censé prendre la relève ? Le peuple peut-il disposer d’une copie de ce contrat et comment a-t-il été exécuté ? Dans combien de temps pensez-vous que vos services reprendront la production du passeport ? Maintenant que SEMLEX ne fait plus partie du partenariat, le prix du passeport va-t-il baisser et de quel ordre ? Pourquoi ne pas promouvoir nos propres services en confiant ce marché à l’hôtel des monnaies qui, nous pensons, a pu mettre à jour sa technologie ?

C’est donc sur cette série de questions du député Ados Ndombasi que la ministre des affaires étrangères est appelée à apporter des réponses exhaustives à fin d’éclairer la lanterne de l’opinion publique et renforcer la culture de la redevabilité au pays.

Floriette Nyogbia

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *