Santé : À Kinshasa la population sensibilisée sur l'enregistrement des enfants à l'état civil, la violnce sexuelle ainsi que l'eau et l'assainissement - INTERKINOIS - Premier Média d'Information en Ligne de la RDC - Plus de 10 ans d'expérience dans la presse
Santé : À Kinshasa la population sensibilisée sur l’enregistrement des enfants à l’état civil, la violnce sexuelle ainsi que l’eau et l’assainissement

Santé : À Kinshasa la population sensibilisée sur l’enregistrement des enfants à l’état civil, la violnce sexuelle ainsi que l’eau et l’assainissement

Sur initiative du ministère de l’intérieur de la ville province de Kinshasa, des relais communautaires, des agents des communes, des prestataires de santé ont été sensibilisé, dans le cadre d’un atelier technique tenu le jeudi 23 jeudi décembre aux installations de la paroisse catholique Christ-Roi à Kinshasa sur la question relative à l’enregistrement des enfants à l’état civil, sur la violence sexuelle faite aux femmes et aux jeunes filles, et sur l’accès à l’eau potable par la population vivant dans de communes urbano-rurales.

Cet atelier a permis, dans un premier temps, de dégager les grandes lignes en terme des problèmes sur de points sus-évoqués et de préconiser les solutions dans le même domaine. Il s’agit, a ce stade, de faire un diagnostic accompagné des analyses et opinions des participants pour soulever les problèmes saillants et d’apporter efficacement les solutions.

La formation a été dispensée ensuite par Justin Patela, animateur communautaire dans la zone de santé de Selembao. Il est revenu sur l’importance d’enregistrer les enfants à l’état civil, car elle rappelle aux parents les obligations qu’ils ont envers leurs enfants. Grâce à ce briefing, les participants sont fixés sur les conditions et les critères pour l’enregistrement des enfants à l’état civil

« Certains parents manquent à leurs obligations et ne font pas enregistrer la naissance à l’Etat-civil. Ils se contentent de l’attestation de naissance, délivrée par l’hôpital où est né l’enfant. L’acte de naissance est pourtant primordial et gratuit : les parents disposent de 90 jours suivant la naissance pour se rendre à l’Etat-civil », a-t-il expliqué

L’ampleur des violences sexuelles en RDC est reconnue et dénoncée par de nombreux acteurs nationaux comme internationaux, en dépit de cela, rien ne semble fait pour endiguer ce fléau qui prend de plus en plus de l’ampleur à Kinshasa, beaucoup des inquiétudes ont été constatées par les participants, pour la plupart, ils pensent que plusieurs causes sont à la base de violences sexuelles faite aux femmes et aux jeunes filles, telles que l’irresponsabilité de parents vis à vis de leurs enfants, la pauvreté et d’autres facteurs qui favorise le viol à Kinshasa.

Cependant, les participants à ces assises appellent les autorités congolaises à redoubler d’efforts pour assurer une prise en charge complète et de bonne qualité des survivants de violences sexuelles – médicale, psychologique, socioéconomique et juridique.

L’absence de réseau public de distribution d’eau dans les zones de santé à Kinshasa constitue un problème crucial évoqué à l’issue de cet atelier, les participants ont tour à tour expliqué leur calvaire pour s’approvisionner le desserte en eau potable, Les habitants puisent l’eau dans les rivières, des puits non protégés contre les eaux pluviales ou encore achètent de l’eau à des particuliers propriétaires de forages. Et déplorent également la mauvaise qualité d’eau, ils en appellent aux autorités de résoudre ce problème.

Il faut signaler qu’à l’issue de cet atelier, des recommandations ont été formulées par les participants aux autorités, et ils s’attendent à des solutions qui s’imposent.

Maître Noël Luenda Mambuene, chef de bureau provincial, état civil et population s’est réjouit du bon déroulement de cette activité et promet d’amener toutes les recommandations formulées à l’endroit des autorités compétentes.

Pour rappel, c’est en marge de la clôture de séries d’activités que cet atelier eu lieu en vue d’harmoniser le travail abattu sur terrain dans des zones de santé à Kinshasa.

Joël Kembongo

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.