Société : Le leadership féminin en RDC 44 ans après au cœur des échanges entre les journalistes au sein de l’Acofepe

Une activité ayant pour but d’évoquer le leadership de la femme congolaise au sein de la société a été organisée ce mardi 29 juin 2021 au Centre de Rééducation pour Handicapés Physiques, basé dans la commune Gombe par l’Association congolaise des femmes de la presse écrite Acofepe notamment en présence des plusieurs journalistes et autres invités.

Divisé en 3 panels, ce débat radiophonique de l’Acofepe a avait comme thème « Leadership féminin en RD Congo, 44 ans après: Ce qui a changé, ce qui reste à changer (état des lieux, résistances et perspectives)». Débuté aux alentours de 9 heures, cette activité s’est ouvert avec quelques mots de bienvenue de la présidente de cette association des journalistes Grâce Ngyke à tous les participants.

Et le tout premier panel de ce débat sur le leadership féminin en république démocratique du Congo a été animé par la professeur d’universités Arlette Masamuna, qui dans son exposé d’une vingtaine des minutes a fait le toilettage sur la situation du leadership féminin dans la société en débutant avec une historique dans la Rome antique pour acheminer vers notre époque.

Dans son exposé, la professeur Masamuna a évoqué la thèse contenue dans le livre de Marie Thérèse Coen selon la quelle, « On peut pas parler des droits des femmes sans évoquer l’histoire de la citoyenneté féminin », selon elle, pour promouvoir le leadership féminin face à la « discrimination » il faudrait aussi avoir les mêmes types d’armes que son challenger d’où, son appel aux femmes et filles de toujours éviter d’avoir une position inférieur au sein de la communauté.

Pour mieux argumenté son exposition dans cette activité, l’intervenant du jour a aussi parlé des exploits que certaines femmes notamment congolaise ont réalisé en accédant dans les plus hautes fonctions au sein de différentes institutions au pays en évoquant notamment le cas de Sophie Kanza qui fut en 1966 la toute première femme congolaise a accédé au gouvernement mais aussi Catherine Nzuzi wa mbombo qui fut également un ancien gouverneur.

Signalons que, le terme « 44 ans » figurant dans la thématique de cette activité de l’Acofepe sur leadership féminin en RDC organisée à la veille de l’indépendance du Congo, représente en effet, le nombre d’années depuis que l’organisation des Nations Unies a officialisé la journée internationale des droits de la femme.

Mechack Wabeno

Print Friendly, PDF & Email
(Visited 3 times, 1 visits today)
Merci de partager!!
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *