Les réactions ne se sont pas faites attendre après l’annonce de la décision du ministre en charge des PT-NTIC, d’instaurer une nouvelle taxe à charge des utilisateurs de téléphones mobiles pour l’identification des appareils. Tout en rejetant en bloc cette taxe de trop, la majorité des congolais qui se sont exprimés sur les réseaux sociaux pensent que cette decision est inopportune pour le secteur des télécommunications et vise à les appauvrir davantage.

Je n’ai pas envie de payer cette taxe! Je n’ai pas d’argent à leur donner. Les congolais n’ont rien demandé. Particulièrement moi”,

s’exclame Arsène.

On a pensé à la pauvre veuve qui vit à 130km de Malembankulu et qui n’a qu’un Samsung E1207T, qu’elle a acheté après avoir économisé sur 7 récoltes de manioc ? Qui pour le charger, elle doit faire 60Km à la ronde? Et elle ne reçoit que 3 appels par mois ?“,

s’alarme-t-on.

Le chantier sur lequel devrait se lancer ce ministère est la lutte contre la fracture numérique. La réhabilitation de la poste (courrier, colis, téléphonie et banque), sont des axes prioritaires“,

martele Roger Kankwende.

Vraiment ! Mr Kibassa, si le vol de téléphone doit être une priorité, alors vous manquez à faire. Ce pays a besoin de plus que ça ! L’état de notre poste, est-il satisfaisant ? J’en doute ! Améliorez-nous cela, laissez ce registre téléphonique!“,

indique Mutengela Wa Masoka.

Pourquoi j’ai l’impression que depuis le ministre des PT-NTIC est là, il n’y a que les consommateurs qui souffrent au final ? Taxe annuelle sur la possession d’un smartphone, le prix des recharges qui fait mal à la tête ! C’est ça le numérique ?”,

s’interroge Grâce Zola.

En effet, à travers un communiqué de presse, le ministre des Postes Télécommunications et Nouvelles Technologie de I’Information et de la Communication (PT-NTIC), Augustin Kibassa Maliba, a rendu public le vendredi 7 août, sa décision de mettre en place un système C.E.I.R (Registre Central d’Identification des Équipements) appelé RAM (Registre des Appareils Mobiles), en République Démocratique du Congo dès le 24 septembre prochain.

Pas besoin d’être un expert en télécommunication pour comprendre que cette décision est une régression pour le secteur des télécommunications notamment pour l’inclusion numérique prônée par le président de la République.
La mise en place de cette nouvelle taxe ne fera que réduire le nombre d’utilisateurs des télécommunications en RDC et fera retourner le pays au moyen âge.
Les services des télécommunications coûteront de plus en plus cher et deviendront un luxe pour bon nombre de congolais.

Rappelons que, cette décision découle de l’arrêté ministériel pris depuis le 10 juin 2020. Cet arrêté est la concrétisation du Décret n°20/005 du premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, du 09 mars 2020, modifiant et complétant le Décret n° 012/15 du 20 février 2012 visant à imposer une taxe allant de 1 à 7$ par an pour assurer l’enregistrement des téléphones mobiles qui sera effectué par l’Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPTC), qui est également en charge de la mise en place et de la tenue du RAM en RDC.

La population congolaise exprime clairement sa désapprobation à cette nouvelle formule d’escroquerie organisée et institutionnalisée.

La rédaction

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *