Alors que la Rd-Congo fait face à une crise sanitaire suite au Coronavirus (COVID-19) ayant des répercussions néfastes sur l’économie nationale, le Ministre de Postes télécommunications et nouvelles technologies de l’information et de la communication (PTNTIC), Augustin Kibasa, a instauré une nouvelle taxe allant de 1 à 7$ selon la marque de téléphone achetée par les utilisateurs via l’intermédiaire des entreprises de télécommunications.

Après l’annonce de cette taxe, les questions fusent de partout d’autant plus qu’à l’heure actuelle le pouvoir d’achat du Congolais moyen est faible. Pour plus d’un, cette taxe, instaurée par Augustin Kibasa, serait une façon de sceller un “come back” au moyen-âge, comme qui dirait l’accès aux produits de télécoms devient un luxe.

L’instauration de cette taxe risque de faire revivre à la population congolaise, qui est la potentielle acheteuse des téléphones ainsi que des données de télécoms l’époque du moyen-âge. L’on se rappelle encore cette période où s’offrir un téléphone cellulaire ou se connecter à un Internet était luxueux. Puis, les opérateurs dans le secteur de télécoms seront dans l’obligation de revoir à la hausse leur service. Eut égard à cette situation, une question mérite d’être posée. Comment une population ayant un pouvoir faible pourra s’en sortir ? Cette taxe ne scelle-t-elle pas un retour sans précédent au moyen-âge ?

PNTIC : une taxe de trop !

Soucieux de numériser l’ensemble de l’étendue du territoire national, le Chef de l’État, Félix Tshisekedi, a organisé le premier atelier du Plan national du Numérique en septembre dernier. Cependant, triste est de constater que dans le décret n°20/005 du 9 mars 2020 publié dans le journal officiel fixant les modalités de calcul et les taux des revenus des prestations de l’autorité de Régulation de la Poste et Télécommunications (ARPTC) s’ajoute une taxe qui se présente comme un nouveau fardeau pour les opérateurs dans le secteur de télécoms. Ces derniers ne voudront pas connaître de perte et seront dans l’obligation de revoir leur service à la hausse. D’où il y a lieu de se demander si le Ministre du PTNTIC ne serait-il pas en train de tacler Félix Tshisekedi dont la vision est celle de numériser le pays ?

Contrairement à d’autres cieux, l’accès aux services de télécommunications s’avère être considéré comme un luxe avec un coût élevé en Rd-Congo. Le gouvernement ne cesse de charger les opérateurs de ce secteur avec les différentes taxes. Is sont même obligés de payer la taxe d’accises, comme pour dire que les produits télécoms sont considérés comme des produits toxiques pourtant actuellement les TIC occupent une place de choix dans presque toutes les sociétés développées. Aujourd’hui, on parle d’ores et déjà de la société d’information où les personnes sont reliées à travers les différentes voies de communication.

Par ailleurs, avec cette nouvelle taxe, les appareils mobiles 3G, 4G et plus ainsi que tous les autres appareils mobiles dotés d’une technologie future seront taxés 7$ contre 1$ pour les appareils mobiles 2G. Mais également cette taxation causera une perte estimée à 100 millions de dollars chaque année pour ainsi réduire le nombre d’utilisateurs des télécommunications alors que moins de 40 % de la population congolaise fait usage de services télécoms. Cette nouvelle taxe ne risque-t-elle pas d’influer sur le coût des consommateurs de produits télécoms ?

Dans un pays aspirant à tendre vers son développement, le secteur de télécoms joue un rôle très déterminant sous la bénédiction du gouvernement pour offrir à la population des services et des contenus télécoms de qualité.

Trésor Mutombo

Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *