Âme de Kinshasa
Interkinois

Télécoms/AGI : Emery Okundji se justifie sans convaincre.

Au cours d’une réunion institutionnelle, le président Félix Tshisekedi a suspendu, le 1er février dernier, le contrat de contrôle du trafic des télécoms octroyé à Africain General Investistment (AGI) par le ministre des PTNTIC, Emery Okundji. Un contrat léonin en vigueur depuis le 11 décembre 2018.

C’est sous prétexte de lutter contre la fraude et mobiliser les recettes indispensables au bon développement du pays que Emery Okudji justifie auprès du Chef de l’Etat, l’octroi de ce contrat de 10 ans à AGI. De ce fait, il accuse les entreprises de télécoms de refuser de subir ce contrôle parce qu’ils ont des choses à cacher.

A en croire plusieurs experts des opérateurs de télécoms, il s’agit d’une accusation sans preuve ni fondement. Selon eux, le ministre fonde ses accusations sur un « rapport » dont la nature, la source et le contenu reste occulte jusqu’à ce jour. Cependant, le problème fondamental est que l’on a accordé le contrôle durable des télécommunications à une entreprise privée qui n’a aucune expérience avérée en la matière. Ceci constitue une menace certaine pour la sécurité des données personnelles des congolais et logiquement la souveraineté de la RDC.

Il faut que l’État prenne au moins soin de sécuriser les données privées que va gérer chaque jour l’entreprise libanaise AGI, qui va faire ses premiers pas dans le contrôle en RDC et revoir sensiblement à la baisse le coût du contrôle qui ira directement dans les poches d’un groupe d’individus qui veulent faire passer leurs intérêts comme ceux de l’Etat.

La Rédaction

Print Friendly, PDF & Email
Partagez l'info!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *