Face à la menace d’une crise environnementale majeure, les villes n’ont d’autres choix que de se réinventer. Entre la pollution de l’air, l’impact écologique du secteur du BTP (Bâtiment Travaux Publics) et la surconsommation énergétique, il y a fort à faire. Heureusement, des solutions existent, notamment grâce à la ville verte. Découvrez les grands chantiers environnementaux de demain.

Aménagement des villes : pourquoi changer de modèle ?

On estime aujourd’hui que près de 8,8 millions de personnes meurent chaque année dans le monde (800 000 en Europe) en raison de la pollution. Au delà de ce lourd bilan sanitaire, tous les indicateurs montrent que l’activité humaine porte dangereusement atteinte à l’environnement (dérèglements climatiques, épuisement des ressources, etc.) Mais quelles sont les raisons qui poussent à se tourner vers la ville verte aujourd’hui ?

Le secteur du BTP : le premier producteur de déchets en France

Pendant de nombreuses années, l’Hexagone a mené une politique d’urbanisation intensive dans la majeure partie des villes du pays. Grâce à un secteur du BTP (Bâtiment Travaux Publics) très dynamique, cette politique d’aménagement du territoire a permis aux aires urbaines de se développer rapidement. Malheureusement, ce développement s’accompagne d’un lourd tribut à payer pour l’environnement.

En effet le secteur du BTP produit, à lui seul, plus de 70 % des déchets français. Cela résulte notamment de l’utilisation de matériaux non recyclables (ou mal traités).

Ville verte

Quand la pollution de l’air devient un problème sanitaire

« La pollution de l’air fait plus de morts chaque année que le tabac […] Or, si on peut éviter de fumer, on ne peut pas éviter d’être soumis à un air pollué » rappelle le professeur Thomas Münzel de l’université de Mayence (Allemagne) à l’issu d’une nouvelle étude publiée dans la revue European Heart Journal.

Il est vrai que la pollution de l’air est un des problèmes majeurs auxquels les villes sont confrontées. Générée principalement par la surutilisation des voitures dans les aires urbaines, on estime que les particules fines présentes dans l’atmosphère des villes ôteraient 1 à 3 ans d’espérance de vie en moyenne.

Ces dernières années, entre l’énorme production de déchets dans le secteur du BTP et l’accroissement des émissions de gaz nocifs (pour l’environnement ou la santé), la situation écologique des villes semblait catastrophique. Fort heureusement, la ville verte (s’articulant autour du principe du green building) apparaît aujourd’hui comme une solution viable et idéale.

Ville verte : comment lier urbanisme et écologie ?

Comme on a pu le voir, l’urbanisation non raisonnée des villes ne peut qu’avoir des conséquences négatives pour l’Homme. Néanmoins, cela ne veut pas dire qu’il faille stopper toute tentative d’urbanisme pour autant. C’est en partant de ce constat qu’est né le concept de ville verte qui vise à permettre aux aires urbaines de se développer en minimisant leur impact écologique.

Le GreenBuilding au cœur de la ville verte

Greenbuilding

La notion de GreenBuilding (Bâtiment Vert) est au centre des politiques de la ville verte. En effet, cette notion vise à créer des bâtiments avec un impact environnemental beaucoup plus faible (matériaux recyclable, traitement des déchets, bonne isolation thermique, faible consommation énergétique, etc.)

Le GreenBuilding repose notamment sur :

  • Le développement urbain durable (matériaux, production, etc.)
  • Une certification environnementale
  • L’efficacité énergétique (isolation, etc.)
  • Une programmation et une ingénierie civile plus durables
  • L’investissement en Recherche & Développement (R&D)

Ici le but n’est pas seulement de construire des immeubles en bois (dont les premiers exemplaires ont fait leur apparition en France). Effectivement, il s’agit de revoir entièrement le mode de production traditionnel pour maîtriser l’impact écologique des bâtiments avant, pendant et après leur construction.

Laisser respirer les villes de France

Pollution de l'air

Il n’y a pas besoin d’être un expert pour se rendre compte que les automobiles sont progressivement chassées des centres-villes. Si l’exemple de Paris et de la création de sa piste cyclable est édifiant, le phénomène n’est pas propre à la capitale.

Des villes comme Grenoble, Lyon ou Bordeaux (pour ne citer qu’elles) sont d’ores et déjà en train de piétonniser une grande partie de leur aire urbaine. Bien sûr d’un point de vue écologique et sanitaire le choix est tout à fait louable puisqu’il vise à diminuer radicalement les émissions de gaz nocifs.

Toutefois, ce choix pose la question de l’exclusion géographique puisque les habitants les plus pauvres (situés en périphérie des villes) se retrouvent fortement pénalisés par ces mesures.

En ce qui concerne la ville verte, il ne s’agit pas de se contenter de bannir les voitures des agglomérations urbaines. Il s’agit d’effectuer une vraie réflexion autour de la mobilité en ville.

Offrir une vraie place à la nature en ville

En plus de mener une politique de transport innovante, créer une ville verte consiste aussi à redonner de l’espace à la nature. Effectivement grâce à la photosynthèse, les nouveaux espaces de nature permettraient de lutter activement contre une partie de la pollution de l’air en ville.

Développer le réseau de transport en commun, mettre en valeur les moyens de déplacement alternatifs (covoiturage, cyclisme, etc.) et faciliter l’accès des zones péri-urbaines en minimisant l’utilisation de la voiture sont les chevaux de bataille de la ville verte.

En définitive, l’idée d’une ville verte s’accompagne d’une réflexion en profondeur sur l’urbanisation de nos sociétés. Il apparaît que des solutions existent pour lutter activement contre la pollution des villes sans pour autant stopper leur développement. Pour en apprendre davantage sur la ville verte et les initiatives allant dans son sens, n’hésitez pas à suivre ce lien.

Source:

https://www.papernest.com/simulation-credit-immobilier/
Print Friendly, PDF & Email
Merci de partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *